Articles de iroise16

Le calamondin

Par Le 09/06/2024

Calamondin 2Le calamondin est réputé comme l'agrume idéal pour l'intérieur. Or, celui-ci a passé tous les hivers depuis 8 ans à l'extérieur, sur le balcon. Je commençais à désespérer car depuis 2 ans, il ne donnait pas de fleurs donc pas de fruits. Il avait été rempoté 2 fois... Et soudain en plein mois d'août 2023, avec la météo parisienne (alternance de pluie et de soleil), il s'est mis à fleurir. Les butineurs se sont régalés pendant 8 jours. Et de minuscules fruits sont apparus.

Et le voici en juin 2024 !

Dans Cinéma

Memory

Par Le 08/06/2024

Un film de Michel Franco

MemoryQue se passe-t-il quand deux êtres cabossés par la vie se rencontrent ? Saul, incarné par le très convaincant Peter Sarsgaard et la touchante Sylvia incarnée par Jessica Chastain ? C'est un très beau film, réaliste et pudique à la fois. Au-delà de l'aspect sociologique, voici une belle réflexion sur la mémoire quand, intrafamiliale, elle est basée sur le déni et le mensonge, quand individuelle, elle commence à vous échapper et que l'on prétend œuvrer pour votre bien (forme d'emprise pour employer un terme à la mode). Pour chacun(e), citée vers la fin du film, à retenir la prière de Marc Aurèle en usage dans les groupes AA.  Que ceux pour qui la vie est un long fleuve tranquille jettent la première pierre à ce film.

Les fuchsias

Par Le 04/06/2024

V fuchsiasLongtemps, j'ai mal orthographié le nom de ma fleur… préférée, jusqu'à ce que je découvre Leonhart Fuchs, ce médecin et botaniste allemand du XVIe siècle (auteur d'une Histoire des plantes) en l'honneur de qui on l'a ainsi nommée : fuchsia. Si j'avais de la place et un balcon pas trop exposé au soleil, je serais volontiers collectionneuse… Jusqu'à ces jours derniers, mes 5 variétés (dont une — celle de gauche — a déjà passé un hiver dehors et m'a offert la belle surprise de refleurir) ont bien prospéré car il a beaucoup plu… On peut trouver sur Internet tous les conseils de culture et de multiplication. Je me contenterai de citer Marcel Proust qui dans Du côté de chez Swann  évoque cette fleur : "Les fuschias prenaient la mauvaise habitude de laisser leurs branches courir partout tête baissée. Les fleurs n'avaient rien de plus pressé quand elles étaient assez grandes d'aller rafraîchir leurs joues violettes et congestionnées contre la sombre façade de l'église." Cliquez sur l'image pour agrandir.

Dans Nature

Des coquelicots en ville

Par Le 26/05/2024

V coquelicots 1Des coquelicots en ville ou Quand la nature reprend ses droits…

Encore un effort ! Restent les grilles dénoncées par Maxime le Forestier dans sa chanson Comme un arbre dans la ville. Voir la page sur la végétalisation sur mon autre site (arbres-aujourdhui). Cette photo a été prise à la mi-mai, avenue des Gobelins (75013), par temps de pluie. Cliquez pour agrandir.

Vous avez une photo dans le même genre ? Donnez suite à cet article…

Dans Cinéma

Greenhouse, un thriller coréen

Par Le 23/05/2024

GreenhouseafficheCe thriller est le premier long métrage de la jeune réalisatrice coréenne Sol-Hui-Lee.

L'héroïne incarnée par Kim Seo Hyung est une aide-soignante à domicile dépressive, dont le fils est dans une maison de détention pour mineurs. Elle est d'un dévouement exemplaire, mais à la suite d'un accident domestique, elle prend une décision des plus surprenantes. L'enchaînement des conséquences joue sur les nerfs du spectateur. Nul sentimentalisme pour traiter le sujet : la prise en charge des personnes âgées. Le spectateur doit prendre de la distance, aidé en cela par les traits d'humour noir dont le film est parsemé. En proie au suspense de bout en bout, il lui reste en quittant la salle à imaginer un épilogue crédible. 

L'alocasia zebrina

Par Le 19/05/2024

V alocasia z 3Il existe, paraît-il, 79 espèces d'alocasia. Celle qui a ma préférence et qu'on peut trouver dans certaines jardineries est l'alocasia zebrina, la bien nommée si l'on considère l'aspect de ses longues tiges. Ces tiges puissantes stockent l'eau, mais l'entretien est assez délicat ; il arrive que la plante "pleure" (des gouttes perlent à l'extrémité des feuilles) si l'arrosage est excessif. Il faut à cette plante une grande luminosité sans soleil direct, des conditions de température idéales, bref, il faut la "chouchouter". Avis aux amateurs…

Cliquez sur l'image pour agrandir

Dans Cinéma

Le tableau volé

Par Le 18/05/2024

de Pascal Bonitzer avec Alex Lutz et Léa Drucker.

Egon schiele autumn sun meisterdrucke 819960Le sujet est intéressant. Cette histoire vraie qui s'est déroulée à Mulhouse est à aborder à plusieurs niveaux. Je retiens le contraste entre le milieu de l'art où l'argent est roi et celui du milieu populaire de province représenté par le jeune ouvrier qu'incarne l'excellent Mathieu Lucci. Avec des  dialogues parfois subtils et des rapports humains surprenants, on sourit souvent tout en se laissant conduire dans une véritable enquête policière à propos du tableau d'Egon Schiele volé par les nazis, disparu depuis 60 ans et qui doit être restitué aux descendants de la famille spoliée. Sa valeur inestimable fait tout le sel de l'histoire. Ce film n'est pas un chef d'œuvre, mais on ne s'ennuie pas. 

Ci-contre : Soleils d'automne d'Egon Schiele

Dans les oiseaux

Par Le 14/05/2024

Bec corbeauDans les oiseaux de Xavier Lapeyroux (éd. Anne Carrière)

Le titre est un peu déroutant pour ceux qui ne connaisssent pas Hitchcock (mais en existe-t-il ?)

Et si l'on pouvait changer la réalité en changeant la fiction ? Milan, spécialiste d'Hitchcock, donne des cours à l'école de cinéma, la Femis. La fiction est-elle plus terrifiante que la réalité ? Il se pose beaucoup de questions depuis le décès de Suzanne, sa dernière compagne, qui a été tuée par une attaque de corbeaux. Ceux-ci s'abattent par nuées sur Paris… Pour quelle raison, par quel hasard ? Suzanne ressemble à l'héroïne du film Les oiseaux. Le hasard existe-t-il ? Inconsolable, Milan va s'évertuer à rembobiner en quelque sorte le film jusqu'au point de basculement où Suzanne meurt et s'il peut empêcher cette mort… Oui, il faut le suivre dans ses fantasmagories, et son stratagème pour reconstituer le scénario dans la réalité : ce n'est pas évident, même si l'on apprécie le fantastique. Mais si l'on a aimé le film d'Hitchcock vu (et revu), on tourne les pages jusqu'au bout. Si l'on aime les oiseaux et les corvidés en particulier, c'est une autre paire de manches, l'auteur ne semble pas bien les connaître. Un roman à conseiller  ? Je ne m'y hasarderai pas.

Dans Cinéma

Boléro

Par Le 11/05/2024

Un film d'Anne Fontaine avec Raphaël Personnaz et Jeanne Balibar

Il s'agit du biopic de ce monument de la musique classique qui, depuis sa création, ne cesse de retentir, à tout moment, quelque part dans le monde sur son rythme obsédant. Où est le compositeur ? Maurice Ravel est bien présent, toujours élégant, un peu austère, un peu énigmatique, lui-même obsédé par la crainte de n'être pas à la hauteur. Sans doute ne s'aimait-il pas assez. Le film ne nous dit pas grand chose sur la vie intime de ce génie dans le Paris de l'entre-deux guerres, mais le mystère lui sied si bien…

Ecoutons donc le boléro par l'orchestre symphonique de Biarritz sur le site de Josiane Guitard-Morel

La mélancolie des corbeaux

Par Le 10/05/2024

De Sébastien Rutès (4ème de couverture)

Au parc Montsouris, le long des pentes de la voie ferrée désaffectée, Karka le Corbeau freux vit en ermite dans un arbre. Dédaigneux des Pies bavardes et des Canards cancaniers, ses voisins, il coule des jours mélancoliques à contempler le passage des nuages et la vie sur les rives du bassin, depuis qu'autrefois son aile fut brisée par un Epervier. Aux questions amères que lui inspire son destin il ne trouve pas d'autres réponses que celles que lui dicte l'instinct, dont il ne se satisfait guère. Animal marginal, il ressasse en solitaire sa nostalgie des forêts jusqu'au jour où les Mouettes colportent au parc la rumeur de la disparition des bêtes du bois de Boulogne et que Krarok, le Grand Corbeau du Conseil des animaux de Paris, se résout enfin à le faire mander, après toutes ces années. Dans la charpente de Notre-Dame, où Krarok tient audience sous l'Aigle mystique de saint Jean, ont lieu les retrouvailles et la révélation : des Lions rôderaient dans les bois de Paris ! Avant qu'ils ne s'en prennent aux Humains, Karka, l'ancien messager oublié des conseillers, doit mener l'enquête avec une Tourterelle imbue de sa blancheur, une séduisante Corneille et un fantasque Toucan qu'il a libéré de sa cage...

Avec Mélancolie des corbeaux, son premier roman à paraître dans la collection "Actes noirs", Sébastien Rutés compose une variation étrange et envoûtante sur le roman d'investigation, à mi-chemin entre la fable animalière et le conte philosophique.

Biographie : Maître de conférences, Sébastien Rutés enseigne la littérature latino-américaine. Spécialiste des genres, il a publié de nombreux articles universitaires sur le roman policier hispano-américain et un essai consacré au Mexicain Paco Ignacio Taibo II. Il est l'auteur de plusieurs nouvelles, en espagnol et en français, et de deux romans publiés aux éditions L'Atinoir : Le Linceul du vieux monde (2008) et La Loi de l'Ouest (2009).

 

Dans Cinéma

Border line

Par Le 09/05/2024

Un film de Juan Sebastian Vasquez et Alejandro Rojas

Diego et Elena veulent vivre "le rêve américain" et s'installer en Floride. Mais ils sont stoppés net à la police des frontières. Nous assistons à un huis clos oppressant entre un duo d'officiers de l'immigration face à ce couple brillamment incarné par Alberto Ammmann  et Bruna Cusi. L'interrogatoire devient de plus en plus intrusif et nous tient en haleine jusqu'au bout, la situation menaçant de dégénérer à tout moment. Diego, d'origine vénézuélienne — ce qui le rend suspect — et sa compagne pourront-ils accéder à une nouvelle vie ?

Jean-Pierre A.

Dans Cinéma

Madame de Sévigné

Par Le 06/05/2024

Un film d'Isabelle Brocard

J'ai été très intéressée par cette reconstitution d'une époque où les jeunes filles de la noblesse n'avaient d'autre choix que le couvent ou le mariage. Marie de Sévigné veut-elle réellement l'émancipation de sa fille en la mariant à Monsieur de Grignan et en la priant (suppliant) de venir la rejoindre à Paris ? Voici une fille (Ana Girardot) sous l'emprise de sa mère (Karin Viard). Le scénario est original, l'interprétation excellente, on ne se lasse pas d'admirer les décors, les paysages…La fille se rebelle et choisit sa propre dépendance… Mais Madame de Grignan a conservé les lettres de sa mère, qui, parvenues jusqu'à nous, restent un chef d'œuvre de la littérature française. J'aurais aimé ressentir un peu plus d'émotion.

 A la sortie du film, j'ai publié cet article sur le blog de Josiane Guitard-Morel qui a écrit récemment des articles sur "Ecole et cinéma"

La gynura aurantiaca

Par Le 02/05/2024

Plante pourpre 2Placée en évidence devant une fenêtre, cette plante dite de velours,  a plus ou moins d'éclat selon la lueur du jour, mais elle attire le regard. De culture aisée (avec un arrosage modéré). Bouturage facile. 

Dans Nature

Bonsaïs

Par Le 02/05/2024

B bonsaisIls ont été empruntés à un sous-bois, il y a 2 ans. Je n'en suis pas très fière, mais c'était dans un espace où les promeneurs négligents écrasent sans vergogne les jeunes pousses. (cliquez pour agrandir)

Comme on le sait, la culture traditionnelle de ces arbres miniatures est tout une technique chinoise, japonaise, etc. qui vise, par ligature et taille, à donner une forme esthétique (proche de la nature ?). Le marronnier m'a plu parce qu'il avait déjà cette courbure du tronc ; pour l'autre, il y a eu une tentative à laquelle j'ai renoncé. Sous la pluie, le vent, le soleil, ils tiennent bon. Ils ont perdu leurs feuilles en hiver, ils viennent de les retrouver. Je n'ai pas de conseils à donner, seulement à émettre un doute, philosophiquement parlant... Petit arbre deviendra grand pourvu que..

Dans Cinéma

Une affaire de principe

Par Le 01/05/2024

AffaireS'il y a une citation à retenir de ce film d'Antoine Raimbault, c'est Ce ne sont pas institutions qui posent problème ; ce sont les gens qui les font.

Inspiré d'une affaire de corruption, le Dalli Gate en 2012, ce thriller politique nous promène dans les coulisses des institutions européennes, un peu paresseusement, il faut le dire. Mais l'attention se soutient grâce à l'interprétation de Bouli Lanners dans le rôle de l'euro-député José Bové et à celle de Céleste Lanners dans le rôle de la jeune stagiaire. Bien sûr, il est inutile de rapporter les statistiques des méfaits du tabac (c'est l'aspect documentaire du film), mais il est opportun de se demander si la lutte contre la contrebande de cigarettes et la décision d'afficher sur les paquets les images crues des dangers encourus a vraiment fait baisser en Europe la mortalité due au tabagisme.

"Le maître des esprits", Robert de Laroche

Par Le 30/04/2024

Robert de larocheCe polar a la saveur des nouvelles fantastiques « Manières noires » que Robert de Laroche a publiées en 2009. Mais « Le Maître des esprits » offre bien plus que cela. Le lecteur découvre Venise au temps dit des « Lumières » dans ses aspects à la fois les plus étincelants et les plus sombres. Le comte Flavio Foscarini, grand amateur de mystère, mène l’enquête à ses risques et périls, avec l’aide d’Assin, sa chère épouse, et de Gasparo, un jeune écrivain désargenté. Il goûte le repos auprès de ses chats, Francesco et Mafalda,  qui ne font pas seulement partie du décor… Pour notre plus grand plaisir, Robert de Laroche fait savamment se côtoyer des personnages ayant réellement existé (Madame d’Urfé, Moncrif, Rosalba Carriera, Gasparo Gozzi, etc.) et  des personnages sortis de son imaginaire foisonnant (à commencer par ce Mage malfaisant qui prétend communiquer avec les esprits).

Sa parfaite connaissance de la Sérénissime entraîne le lecteur dans un roman haletant où l’on ne serait pas loin de partager la peur des Vénitiens sur lesquels s’abattent  de mystérieux et terribles événements, sans une certaine dose d’humour propre à tempérer l’horreur de quelques scènes. Laissons-nous emporter au-delà de notre quotidien par ce deuxième opus  en compagnie de Flavio Foscarini  — qui ressemble étrangement à l’auteur.

Photo : Robert de Laroche lors de la Rencontre- signature du 30  septembre 2023  à la librairie parisienne " Fontaine Villiers".

Dans Nature

Tags !

Par Le 30/04/2024

V tagsLes tagueurs oublient que l'arbre n'est pas aussi résistant que son aspect et sa longévité le laissent penser. Les scarifications qui lui sont infligées  sont autant de blessures qui peuvent s'infecter et l'affaiblir. J'ai lu dans Le Parisien du 6 août 2023 un dossier intitulé "Endommager des arbres peut vous coûter très cher" avec des exemples de villes d'Ile-de-France qui commencent à prendre des mesures. Intéressant ! De nouvelles lois se préparent pour la protection des arbres.  Cliquez pour voir l'arbre (au parc floral de Paris) en pied.

Mais… les graffitis sur les arbres sont parfois de précieux témoins historiques

Dans Cinéma

La promesse verte

Par Le 29/04/2024

Promesse verteLa presse est loin d'être unanime sur ce film qui manquerait de souffle et serait truffé d'incohérences selon certains. Pour moi, l'intérêt se maintient sans peine durant deux heures avec de vrais moments d'émotion et des vues grandioses de paysages indonésiens. De quoi s'agit-il ? D'un plaidoyer contre la monoculture de l'huile de palme, cause de la destruction de la forêt primaire. Au travers de l'histoire d'une mère (excellente interprétation d'Alexandra Lamy) qui met tout en œuvre pour sauver son fils (Félix Moati) injustement accusé et condamné à mort, on sent la menace qui pèse sur la biodiversité, sur les peuples autochtones et à terme sur l'humanité avec le réchauffement climatique que la déforestation aggrave. Les activistes mènent un combat inégal contre les lobbies politiques et financiers. L'huile de palme déjà présente dans nombre de produits, serait destinée à la production de biocarburants. Une aberration écologique ! On était au courant, mais le film achève de convaincre.